Le délit d’antisionisme, crime contre l’humanité ?

by Claude Berger on février 7, 2016

Manuel Valls

Article publié par l’agence Menapress le 3 février 2016.

Manuel Valls, le Premier ministre français, s’efforce de rassurer la communauté juive et ceux qui, en dehors d’elle, s’inquiètent de la banalisation de l’antisémitisme et de l’augmentation des agressions antijuives. Mais le Premier ministre n’a pas vu que la donne a changé : si l’antisémitisme identitaire se conjuguait jusqu’ici avec l’islamisme, l’islamo-gauchisme et le vieux tiers-mondisme pour nourrir l’antisionisme, c’est désormais la diabolisation d’Israël et l’antisionisme qui nourrissent l’antisémitisme, faisant des Juifs des représentants d’un pays étranger, voire « illégitime », qui n’auraient pas leur place ici.

A tel point qu’il devient méritoire d’afficher en public une simple évocation positive d’Israël, un pays confronté à l’islamisme depuis l’origine de son existence. Alors qu’auparavant, après la Shoah et la culpabilisation des propos antisémites, on a évolué inconsciemment de peuple de trop à pays de trop pour condamner Israël ; on passe désormais de pays de trop à peuple de trop pour ostraciser les Juifs. Ce n’est pas tant le nombre des attentats et d’actes antisémites commis en France qui mine les Israélites de l’Hexagone, que ce sentiment d’une nouvelle exclusion qui les met en porte-à-faux et les pousse à partir.

M. Valls n’a sans doute pas remarqué que c’est son propre gouvernement, encadré par ses mouvances de gauche, qui mène une stratégie de diabolisation d’Israël en ne s’opposant pas à des démarches caricaturalement hostiles à l’État hébreu, auprès de l’UNESCO ou au sein de l’ONU. Des démarches  allant jusqu’à islamiser des sites historiques juifs dans le seul but de faire porter la responsabilité du conflit par Israël,   accusé « d’occupation » et de « répression » de façon à l’assimiler à un État colonial et partant, illégitime.

L’ensemble des media convertis à la même obédience participe à la manipulation des opinions publiques par une sémantique appropriée. On ne parle plus de Judée et de Samarie mais de « Cisjordanie ». On évoque des territoires occupés et non pas disputés, pour cacher que ces territoires ont été repris, en 1967, par Israël aux Jordaniens, qui les occupaient depuis 1948.

Initialement destinés par l’ONU, en novembre 1947, à l’installation de deux pays, les forces arabes et les Arabes de Palestine, obnubilés par leur seul refus d’un État juif, n’ont jamais songé à y constituer le leur, pendant que les « territoires » étaient occupés, vingt ans durant, par les Jordaniens.

Dans le même temps, les Juifs étaient chassés des pays musulmans suite aux défaites des armées arabes à l’issue des guerres de 1948 et de 1967, dont l’unique but était d’éradiquer le nouvel État d’Israël.

Le retour à la ligne de 1967 prôné par la France veut simplement faire oublier qu’il s’agissait de la ligne d’armistice de 1948 entre Israéliens et Jordaniens et ne correspondait pas à une frontière consensuelle entre eux, et moins encore avec les Palestiniens, qui ne se doteront d’une structure nationaliste que bien plus tard, en 1964.

Cette exigence française est donc partiale voire intolérable, comme l’est la nouvelle menace de M. Fabius, qui désire contraindre les Israéliens à se soumettre aux volontés d’une conférence internationale, et reconnaître l’État de Palestine de façon aussi unilatérale que le Pape François.

Or l’Autorité palestinienne n’a rien d’un État, en l’absence d’unité politique et territoriale entre Ramallah et Gaza tenu par le Hamas ainsi que de tolérance pour les minorités soumises à leur gouvernance. Rien à voir avec Israël, le soi-disant « État raciste » de Rony Brauman, qui abrite 20% d’Arabes sur son sol, au bénéfice des mêmes droits que les autres citoyens.

En fait, le mouvement palestinien n’est pas hanté par l’envie de construire son État mais plutôt motivé par son désir perpétuel de détruire Israël et d’éradiquer les Juifs. De plus, le refus du fait juif dans l’Histoire, et donc du pays juif, est gravé dans l’islamisme aussi bien que dans l’islam, et c’est ce refus qui a gagné la politique étrangère de la France.

Tant que la France ne changera pas de politique à l’égard d’Israël, confronté à l’islamisme depuis sa naissance et au mufti hitlérien de Jérusalem, qui dirigeait le mouvement palestinien durant la Seconde Guerre Mondiale, on peut légitimement douter du bien-fondé de son action, non seulement pour les Juifs, mais également pour la sécurité des Français, désormais confrontés au même terrorisme que les Israéliens.

La négation du peuple juif, de son histoire et de ses liens avec la Terre d’Israël de façon ininterrompue depuis l‘antiquité tient au cœur de tous les antisionistes. Ce nouveau négationnisme est aussi criminel que l’antisémitisme.

Nouveau ? Pas vraiment, en fait… Le Rabbin Yehiel de Paris gagna déjà la Terre d’Israël après que le « bon » roi Louis IX, dit Saint Louis, eut fait brûler le Talmud en Place de Grève. Et Maïmonide se rendit à Jérusalem après l’instauration de la dictature musulmane des Almohades en Andalousie.

Les cabalistes espagnols, et Joseph Caro parmi eux, fuyant l’inquisition, s’installèrent à Safed en Galilée. Caro, en y écrivant le Choulkhan aroukh, le principal code de la Loi juive, deviendra le plus grand décideur halakhique dans l’histoire du judaïsme.

Bien plus tard, Moses Hess, après avoir rompu, en 1862, avec Engels et Marx, devenu antisémite – tous trois collaboraient au même journal, la Rheinische Zeitung (le journal du Rhin) – détecta sous des formes séculières un combat entre la pensée de Rome et celle de Jérusalem. Une confrontation  qui invita Hess à restaurer l’idée d’un État-nation juif. Mort en 1875, Moses Hess a été ré-enterré en 1961 dans le village de Kinnereth, aux côtés d’autres grands philosophes du sionisme socialiste. Un autre village porte son nom – Kfar Hess – au centre d’Israël.

En France (1306), les Juifs ont été expulsés et interdits quatre siècles durant, de 1394 à 1791, après avoir subi une mesure similaire en Angleterre (1290) et avant qu’elle ne les frappe en Espagne (1492).

Il reste naturellement un petit quelque chose de ces bannissements dans l’inconscient de certains ignorants, y compris chez certains Juifs tentant de fuir leurs origines.

A l’inverse de la véritable culture française, qui, de Rabelais à Renan et à Victor Hugo, reconnait l’apport des Juifs et du judaïsme dans son rayonnement.

Après être revenus sur le caractère précaire des Israélites dans les grands États d’Europe, il serait  salutaire, pour rappeler à Brauman et à Fabius le lien immémorable qui unit leur peuple à sa terre, de citer ce qu’en dit Chateaubriand lorsqu’il se rend à Jérusalem, où les Juifs sont majoritaires dès le XIXème siècle :

« Quand on voit les Juifs dispersés sur la terre selon la parole de Dieu, on est surpris sans doute mais pour être frappé d’un étonnement surnaturel, il faut les retrouver à Jérusalem, il faut voir ces légitimes maîtres de la Judée esclaves et étrangers dans leur propre pays… Si quelque chose parmi les nations, porte le caractère du miracle, nous pensons que ce caractère est ici. »

(Itinéraire de Paris à Jérusalem)

Le même Chateaubriand, visionnaire, écrivait à propos de l’Orient musulman qui entourait Jérusalem :

« Qu’en sortira-t-il ? Recevrons-nous le châtiment mérité d’avoir appris l’art moderne des armes à des peuples dont l’état social est fondé sur l’esclavage et la polygamie ? Avons-nous porté la civilisation au dehors ou avons-nous amené la barbarie dans l’intérieur de la chrétienté ?… Je ne me laisse pas éblouir par des bateaux à vapeur et des chemins de fer, par la vente du produit des manufactures… tout cela n’est pas de la civilisation… »

(Mémoires d’Outre-tombe, p.390 T2)

Allo ? M. Hollande ? M’entendez-vous, vous qui venez de rendre les honneurs au dirigeant d’une théocratie totalitaire dans laquelle les gibets font office de forêts, ayatollah antisioniste, négationniste de la Shoah et soutenant les « démocraties » que seraient le Hezbollah et le Hamas ?

Il est décidément grand temps d’instituer le délit d’antisionisme aux côtés du délit d’antisémitisme.

Car la négation de l’histoire des Juifs, de la pensée de Jérusalem et du sionisme est constitutive d’un crime contre l’humanité qui apporte son soutien aux projets guerriers nés de la confrontation de l’islam en crise et de la modernité.

One comment

on peine à garder son sérieux devant l’expression « islamo-gauchisme » : il doit s’agir d’un occis-maure…
Mais bon, trève de plaisant tri : les deux plateaux de la balance ne pèsent pas tout à fait du même poids. Car enfin, les islamistes ne passent pas pour être suspects de… gauchisme : bref il s’agit ici de porter sur « les gauchistes » l’accusation d’… islamisme, ben voyons.
Sincèrement on plaint l’auteur de l’article s’il ne comprend pas la continuité entre l’antisémitisme de toujours, et le racisme anti-« gauchistes ».

by luc nemeth on 10 février 2016 at 14 h 37 min. #

Ecrire un commentaire

Required.

Required. Not published.

If you have one.