Le suicide français

by Claude Berger on février 12, 2017

François Hollande et Mahmoud Abbas

Article publié par l’agence Menapress le 16 janvier 2017.

Le coup bas porté contre Israël par François Hollande en vue de contraindre l’Etat juif à des « négociations » entérinant l’hostilité islamiste est aussi un coup bas porté contre la France. On ne peut prétendre lutter contre le terrorisme islamiste qui frappe le monde occidental et particulièrement l’Hexagone et ménager l’islam en voie de radicalisation ou lui trouver des circonstances atténuantes allant jusqu’à taire son nom et à chantonner « pas d’amalgame », ou encore soutenir les positions pro-palestiniennes ou le Hamas en place à Gaza, obsédés par l’éradication d’Israël.

Le refus du fait juif dans le monde musulman ne date pas d’aujourd’hui. Statut de dhimmis, statut d’infériorité puis refus de tout Etat juif lors du plan de partage de 1947 sans même envisager d’Etat palestinien sur la partie qui sera occupée par les Jordaniens: le conflit israélo-palestinien fut la première manifestation de l’islamisme avec à sa tête le mufti Amin Al-Husseini, proche d’Hitler deux ans en poste à Berlin, également proche du gouvernement de Vichy, chef palestinien des Frères musulmans, exfiltré par la France pour échapper eux prisons anglaises. Le refus du fait juif dans le monde arabo-musulman, refus culturel n’est que la manifestation d’un refus cultuel. Mais c’est désormais le refus du monde occidental, un monde formaté par une matrice culturelle chrétienne et par la civilisation du double marché du travail et des produits, synonyme de liberté de circulation des femmes, qui sert de cible à l’expansion islamiste.

On peut donc s’étonner : comment Hollande et Ayrault, empruntant la voie tracée par Obama et Kerry, sont-ils aveugles à ce point pour prétendre imposer comme frontière la ligne de 1967, qui n’était qu’une ligne d’armistice avec les Jordaniens, et la partition de Jérusalem ? Aveugles et peu lettrés pour s’inscrire dans l’offensive menée contre la légitimité d’Israël, Etat du peuple juif. Aveugles et peu lettrés pour bafouer l’histoire du peuple juif et ses liens avec la terre d’Israël.

Chateaubriand, en 1806, avait déjà perçu cette tendance antijuive et anti-israélienne avant l’heure, tapie dans l’inconscient culturel français, également formaté des siècles durant par une matrice culturelle chrétienne dirigée contre les Juifs « ennemis du genre humain et hostiles à Dieu » selon Paul , qui ont « le diable pour père » selon Jean. Or l’auteur de l’Itinéraire de Paris à Jérusalem déclarait :

« Quand on voit les Juifs dispersés sur la terre […] on est surpris sans doute mais pour être frappé d’un étonnement surnaturel, il faut les retrouver à Jérusalem ; il faut voir ces légitimes maîtres de la Judée esclaves et étrangers dans leur propre pays. »

Oui, messieurs Hollande et Ayrault, « légitimes maîtres de la Judée ».

Votre incapacité à décrypter l’islamisme aux portes du minuscule Israël vous rend inapte à décrypter l’islamisme qui désormais vous agresse. La gauche au pouvoir, plus encore que la droite actuelle, a sécularisé les grands traits des Epitres de Paul non seulement la vindicte contre les Juifs que l’on retrouve chez les pères fondateurs de la gauche, Marx, Proudhon, Bakounine, Fourier, pour lesquels le Juif est à l’origine de la chute et porteurs d’un complot permanent, mais aussi la théorie du « renversement » par laquelle les derniers seront les premiers avec au bout de leur révolte le Jugement dernier résumé dans le soir final. Cet inconscient culturel s’est également exprimé à droite. Souvenons-nous des propos tenus par de Gaulle : peuple sûr de lui et dominateur et ceux de Raymond Barre dont le propos sous-entendait que les Juifs n’étaient ni innocents ni français ?

L’antisionisme de gauche qui se targue de dénoncer un « colonialisme israélien » n’est donc que la forme d’un antisémitisme qui ne se cache plus et qui enchaîne « peuple de trop et pays de trop ». La mise en théorie par la fabrique Franz Fanon n’était donc qu’une sécularisation d’une matrice culturelle chrétienne du renversement. Dès lors les Juifs pouvaient aussi prendre la stature du bourreau à l’égard des Palestiniens qui, eux, étaient transformés en « victimes » des Juifs, et cela pouvait soulager la culpabilité de l’occident dans sa participation à l’extermination des Juifs d’Europe.

Israël accusé de tous les défauts par la plupart des médias français, désigné comme pays d’apartheid par les gauches illettrées alors que près de 20% de la population israélienne est d’origine arabe, Israël conscient des dangers de l’islamisme radical se défend.

La France inconsciente ne se défend que mollement préférant des actions militaires lointaines au redressement des cités assassines où, dit une enquête d’opinion, plus d’un quart de la jeunesse musulmane s’identifie à l’islamisme radical. Le suicide français se joue là sur une scène de théâtre de boulevard, le Juif y est dominateur et la pauvre victime y est palestinienne.

On peut, on doit souhaiter une atmosphère paisible entre Israéliens et Palestiniens mais de ce côté-là, il faut en finir avec le refus du fait juif qui implique que tout projet palestinien est « judenrein » et que tout dialogue direct y est exclus.

Enfin, du côté de l’aveuglement français, il est temps de comprendre l’état des lieux du monde arabo-musulman : guerres sunnites-chiites, dictatures, guerres civiles, tableau auquel est confronté Israël en première ligne. Temps de comprendre comment sévit cette vieille matrice antijuive et désormais anti-israélienne dans l’inconscient culturel. J’ai mémoire que le statut des Juifs de 1940 était passé comme une lettre à la poste et qu’après la guerre, il fallait faire silence sur « les événements ». C’était à peine s’il ne fallait pas exhiber un certificat médical pour justifier une absence scolaire de deux années d’enfant caché. Ce travail de décryptage du vieux fond inconscient antijuif et anti-israélien, tant du côté musulman que du côté chrétien-laïque, est plus que jamais d’actualité.

One comment

on voit mal en quoi l’existence de l’antisémitisme justifierait une Occupation qui en Cisjordanie (oublions la… « Judée-Samarie ») dure depuis maintenant bientôt cinquante ans et qui est une offense de chaque instant au Créateur. Par ailleurs ce n’est jamais inutile de rappeler qu’ils ne sont pas… antisémites et que ce sont même en plus d’un cas ce que le peuple juif peut produire de meilleur, celles et ceux qui s’opposent à la colonisation.

by luc nemeth on 16 février 2017 at 15 h 13 min. #

Ecrire un commentaire

Required.

Required. Not published.

If you have one.