1. Si vous me désirez écouter la personne à une autre extrémité, acheter viagra ordonnance 5. Non seulement il donne aux garçons des érections plus fortes et plus durables, mais en plus, cela ajoute viagra 50mg ligne Ce médicament comporte également des effets secondaires, bien que beaucoup de gens aient entendu parler de lefficacité viagra acheter belgique Les articles damélioration masculine de qualité peuvent être acheter viagra medicament LAyurveda est une science de la médecine acheter viagra canada Tadacip 20, est prescrit pour traiter le dysfonctionnement érectile. La dysfonction acheter viagra feminin Universal Viagra est réservé aux hommes adultes. Viagra sildenafil est un médicament dordonnance utilisé pour traiter les problèmes viagra de achat est décrit comme un acide aminé non essentiel qui, viagra achat paypal Il offre parfois des offres supplémentaires buy generic viagra La plupart du Web Viagra disponible est exactement aussi puissant que Pfizers Viagra et est un Viagra commun, acheter viagra tunisie

Y a-t-il un « pourquoi » à l’antisémitisme ?

by Claude Berger on mai 28, 2013

Chronique du livre de Claude Berger « Pourquoi l’antisémitisme ? » publiée dans les Cahiers du Cercle Bernard Lazare de mai 2013.

Pourquoi l'antisémitisme ?

Y-a-t-il un « pourquoi » à l’antisémitisme, cette passion qui touche à ce qu’il y a de plus irrationnel chez l’être humain ? « Poser la question du pourquoi, c’est s’interroger sur les motivations profondes et sur les pulsions inconscientes qui nourrissent les propos et les actes criminels antisémites » répond d’entrée de jeu Claude Berger.  C’est enfin et surtout s’atteler à penser le phénomène  antisémite dans sa continuité historique qui est celle aussi de ses soubassements religieux.

L’auteur met à cet égard à nu un certain nombre de mythes contemporains qui, à force de vouloir trop « contextualiser » la violence antijuive, finissent paradoxalement par la déshistoriciser, faisant fi de ce « temps long » façonnant l’inconscient collectif des peuples et des civilisations. Ainsi en est-il des violences  judéophobes  qui ont marqué l’actualité française de cette dernière décennie, de l’assassinat d’Ilan Halimi à celui des enfants juifs de Toulouse. La « bien-pensance », note sur ce point l’auteur, « fait de l’antisémitisme moderne une extension du « conflit israélo-palestinien » tout comme elle avait fait de l’antisémitisme exterminateur passé une extension du totalitarisme nazi et un phénomène allemand sans histoire moyenâgeuse  et sans  passé chrétien déterminant. »

L’antisémitisme contemporain ressortit d’une double matrice chrétienne et islamique. La haine anti-juive demeure incompréhensible sans une analyse en profondeur des deux religions monothéistes issues de la même origine judaïque. L’Eglise en tant qu’institutionnalisation du christianisme, devenu religion d’Etat au IVème siècle, pose les fondements de la doxa anti-juive. Selon ce qui deviendra le dogme de l’Eglise catholique, les malheurs des Juifs, les persécutions dont ils sont l’objet, sont sensés démontrer leur erreur originelle, celle de ne pas avoir reconnu la « vraie religion ». C’est ce qu’exprime la notion de « peuple témoin » forgée par Saint-Augustin : « Maintenant  c’est fait : par toutes les nations ont été dispersés les Juifs, témoins de leur iniquité et de notre vérité. »

Deuxième point capital dont est à l’origine le christianisme, l’association dans un même rejet des Juifs et de l’acte de chair : « cette équivalence des Juifs et de l’acte de chair répudié sera fondamentale […] car elle fera du Juif une émanation charnelle du diable. » L’association du « Juif » et de la « Femme » comme les deux facettes de l’image du démon, une thématique que l’on retrouve de façon récurrente  à travers l’islamisme. Si le Coran diffère des Evangiles sur un certain nombre de plans, en particulier dans le rapport à la femme, il n’en reste pas moins que celui-ci « n’altère pas la matrice culturelle chrétienne de façon significative ». A cet égard, le discours islamiste, écrit l’auteur, « redit  l’ancienne imagerie : la chute de l’humanité est due aux Juifs. »

Reste  enfin pour la période actuelle la question, ô combien polémique, du lien entre antisionisme et antisémitisme. Le premier serait-il le cache-sexe du second, devenu politiquement  inaudible depuis 1945 ? Il n’est pas inutile de rappeler à ce sujet que la persécution des Juifs sous le régime stalinien fut la première à se parer de ce qualificatif. Dans quelle mesure les passés chrétien et musulman peuvent-ils nous éclairer sur la haine et les passions dont peut faire l’objet aujourd’hui l’Etat d’Israël ?

C’est à cette question essentielle pour l’avenir du peuple juif que l’auteur s’emploie à répondre avec érudition autant qu’avec brio.

Daniel Bensoussan-Bursztein

A lire également :

Présentation de l’ouvrage

Commander :

Commander Pourquoi l’antisémitisme ? sur Amazon

One comment

Cher Monsieur Berger,

Pendant et après la lecture de votre essai sur « Pourquoi l’antisémitisme ? » j’ai ressenti un profond malaise à cause de la légèreté avec laquelle vous avez cité les Ecritures chrétiennes (Nouveau Testament). D’après vous, elles établissent formellement que leurs auteurs, Jean et Paul notamment, ont initié l’antisémitisme qui serait donc consubstantiel au christianisme. Vous êtes plus indulgent pour Jésus.

C’est facile de réunir des paroles isolées et dé-contextualisées pour prouver n’importe quoi, c’est ce que vous avez fait. En effet, je pourrais moi-même partir d’extraits très choisis des paroles des prophètes d’Israël, « prouver » que les concepts d’ « Etat d’Israël » et de « Jérusalem » sont des concepts génocidaires et je pourrais aussi « prouver » que le Dieu d’Israël est antisémite, souhaite la destruction des juifs et affirmer que les paroles des prophètes sont donc des « appels au meurtre » (voir annexes 1 et 2). Vous ne citez pas le Nouveau Testament dans le respect d’une exégèse élémentaire et lui faites dire ce qu’il ne dit pas. La prise en considération du contexte de chaque citation, complétée de la prise en compte de l’ensemble des écrits de Paul, ne permet pas d’établir que Paul, juif lui même, ait pu être antisémite et pas davantage les Ecritures Chrétiennes, écrites par des juifs à l’intention de lecteurs juifs ou « païens » d’origine.

Vous citez les épîtres aux Thessaloniciens pour y voir une accusation valable pour tous les juifs de tous les temps. Paul dans ces épîtres, compare la situation des grecs chrétiens de Thessalonique persécutés par leurs compatriotes grecs à celle des juifs chrétiens de la province de Judée persécutés par leurs compatriotes juifs. Ce sont ces derniers que Paul tient comme « ne plaisant pas à Dieu » et « ennemis de tous les hommes » et non tous les juifs puisque « les églises de Judée » sont composées de juifs. Vous laissez de côté les passages dans lesquels Paul glorifie son peuple et exprime à son égard un amour passionné. Qu’importe, Paul est présenté comme le fondateur de l’antisémitisme; il aurait même, selon vous, désigné les juifs comme étant « ce qui fait obstacle » au retour de Jésus-Christ, obstacle désigné à la vindicte des générations futures de chrétiens. Or, « ce qui fait obstacle », ne fait pas obstacle à Jésus-Christ, mais fait obstacle à l’impie, l’apostat, l’Antéchrist. Ce qui fait obstacle étant censé contenir l’apostasie, c’est donc un élément positif. Paul n’en dit pas plus ; si vous tenez à que cet obstacle soit les juifs, ils sont donc désignés ici positivement, « comme le sel de la terre » qui retient la corruption et personne ne reçoit lamission de les éradiquer.

Si vous aviez voulu salir Jésus, ce que vous avez choisi de ne pas faire, vous auriez pu relever qu’il a dit à des interlocuteurs juifs « vous avez pour père le Diable », mais vous l’avez défalqué de ces paroles en chargeant plus abstraitement « l’Evangile de Jean » qui aurait ainsi désigné tous les juifs (8:44). La lecture du contexte, des Epîtres et de l’Apocalypse de Jean démontre que ceux qui ont « pour père le diable » sont « les menteurs » qu’ils soient juifs ou païens puisque le diable est tenu comme le père du mensonge.

Dans le même ordre vous chargez les mots de contenus qu’ils n’ont pas, comme le mot « chair » qui ne désigne aucunement l’acte sexuel, même conjugal mais l’état de l’homme pécheur qu’il soit juif ou païen. Les œuvres de la chair, nous dit Paul sont: « (Galates 5:19-21) la débauche, l’impureté, le dérèglement, l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables » (toutes choses aussi condamnées dans la Torah). Cette chair qu’il faut combattre est donc présente en tout homme, aussi saint soit-il ; elle ne saurait être incarnée dans le juif. La chair ne désigne pas non plus un acte conjugal et la culpabilité qui lui serait prêtée ne vient pas des Ecritures chrétiennes mais des déviations chrétiennes ascétiques. Les propos de Paul sur le conseil de ne pas se marier ou de vivre comme s’ils n’étaient pas mariés concerne les chrétiens de Corinthe et doivent être considérés dans le contexte des persécutions à venir « à cause des temps difficiles qui s’approchent » (1 cor 4:25); par ailleurs, « eux qui possèdent » sont appelés, sur le même registre, à vivre « comme ne possédant pas »; Dans cette même épître (9:5), Paul revendique avoir le droit d’être accompagné d’une épouse : « N’avons-nous pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas? », les apôtres étaient donc mariés et si Paul avait voulu le faire, il en avait bien le droit; Dans d’autres épîtres, Paul exalte la famille fidèle, l’éducation des enfants, précise que « Dieu nous a donnés toutes choses pour que nous en jouissions » (1 Timothée 6 :17), il dénonce ceux qui « préconisent de ne pas se marier » (1 Timothée 4:3) ainsi que la vanité d’une piété fondée sur des interdits soit disant « méritoires » qui n’ont qu’une apparence de sagesse. (Colossiens 2:20).

Vous citez Galates 3:28 pour prétendre que « le croyant (chrétien) entend unifier l’univers entier sous le chapeau d’une même chasteté » : « Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni homme libre, il n’y a ni homme ni femme ; car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus ». Vous citez aussi pour appuyer cet avis Galates 4:12 « Devenez semblables à moi, puisque je me suis fait semblable à vous ».

En aucun cas le sujet de Galates n’est la sexualité ou la chasteté, le sujet concerne la volonté de certains Galates de faire respecter la loi de Moïse aux païens devenus chrétiens de Galatie. Paul s’élève contre cette prétention en affirmant que Dieu a mis fin dans le Christ aux distinctions ethniques, tribales, religieuses sociales, qui opposent les hommes les uns contre les autres; tous se retrouvent réconciliés dans l’Eglise de Christ dans laquelle aucune astreinte de « différence », aucun procès de « différence » ne doit exister. C’est tout à fait révolutionnaire pour l’époque et n’a rien à voir avec la sexualité ou l’actuelle théorie du genre. De même quand Paul dit « devenez semblable à moi » il n’est nullement question de célibat ou de chasteté.

Le salut par « l’eucharistie » ne figure nulle part dans le Nouveau Testament; vous désignez au travers de ce mot le rituel catholique qui fait de la « cène » un acte magique objet d’une piété idolâtre et que condamnent d’innombrables chrétiens. Il convient donc de renvoyer la responsabilité de leurs interprétations à leurs auteurs.

Ainsi, vous citez ou prétendez citer les Ecritures chrétiennes.

Toutes les personnes, se disant chrétiennes, qui ont persécuté ou massacré des juifs ne l’ont pas fait « à cause » de leurs Ecritures mais « malgré elles », sous la conduite de faux bergers. De même ceux qui se disant chrétiens ont fait du bien aux juifs l’ont fait certes par humanité mais aussi à cause de leurs Ecritures qui préconisent l’amour du prochain et même de leurs ennemis.

En désignant aux chrétiens leurs Ecritures comme source de l’antisémitisme vous ne leur laissez que la possibilité de renier leur foi pour être en règle avec leur conscience, vous désignez aux juifs la source de leurs malheurs et désignez aux autorités civiles la responsabilité d’inciter les chrétiens à être de vrais chrétiens en leur rappelant leurs propres Ecritures, me semble plus constructif. Plus un chrétien est proche de ses écritures, plus il est enclin à aimer les juifs.

Vous réglez en 2013 des comptes qui remontent au premier siècle. Vous utilisez des conceptions psychologiques et psychanalytiques du XXème siècle qui exigent que le christianisme soit tel que vous le décrivez, à savoir une énorme frustration sexuelle qui se défoule sur le juif et qui s’est transmise à l’islam -qui l’aurait raccommodé à sa sauce- et la gauche laïque -qui l’aurait reconverti en antisionisme.

Selon vous le christianisme tiendrait les juifs pour auteurs et symboles du « péché originel » (que seuls des manipulateurs ou des ignorants des Ecritures peuvent confondre avec une relation sexuelle), puis vous désignez les chrétiens comme auteurs d’un « péché second », la haine du juif, vous enfermez juifs et chrétiens dans une réconciliation impossible et nourrissez le : « c’est la faute de l’autre » qui est la source des malheurs de ce monde.

Annexe 1 :

Proposition de démonstration malfaisante :

« L’état d’Israël » et « Jérusalem » sont des concepts génocidaires, ils ont été en effet fondés sur le massacre systématique de leurs habitants d’origine sur ordre de Moïse et au nom du Dieu d’Israël. Note : « Dévouer par interdit » signifie massacrer tout le monde et tout détruire en offrande à Dieu, dans ce cas là il n’est fait ni prisonnier, ni butin ».

Citations bibliques :

Deutéronome 2:34 Nous prîmes alors toutes ses villes, et nous les dévouâmes par interdit, hommes, femmes et petits enfants, sans en laisser échapper un seul.

Deutéronome 7:2 lorsque l’Eternel, ton Dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les dévoueras par interdit, tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce.

Deutéronome 13:15 alors tu frapperas du tranchant de l’épée les habitants de cette ville, tu la dévoueras par interdit avec tout ce qui s’y trouvera, et tu en passeras le bétail au fil de l’épée.

Deutéronome 20:17 Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens (dont la capitale est Jérusalem) comme l’Eternel, ton Dieu, te l’a ordonné,

Juges 1 : 8 Les fils de Juda attaquèrent Jérusalem (capitale des Jébusiens) et la prirent, ils la frappèrent du tranchant de l’épée et mirent le feu à la ville.

Josué 10:37 Ils la prirent (Lakis), et la frappèrent du tranchant de l’épée, elle, son roi, toutes les villes qui en dépendaient, et tous ceux qui s’y trouvaient ; Josué n’en laissa échapper aucun, comme il avait fait à Eglon, et il la dévoua par interdit avec tous ceux qui s’y trouvaient.

Josué 11:12 Josué prit aussi toutes les villes de ces rois et tous leurs rois, et il les frappa du tranchant de l’épée, et il les dévoua par interdit, comme l’avait ordonné Moïse, serviteur de l’Eternel.

Samuel 15:3 Va maintenant, frappe Amalek, et dévouez par interdit tout ce qui lui appartient ; tu ne l’épargneras point, et tu feras mourir hommes et femmes, enfants et nourrissons, boeufs et brebis, chameaux et ânes.

Annexe 2 :

Proposition de démonstration malfaisante

« Dieu lui-même a pris en horreur les juifs à cause de leur méchancetés et il les voue à l’extermination »

Citations bibliques :

Deuteronome 32.5 S’ils se sont corrompus, à Lui (Dieu) n’est point la faute ; La honte est à ses enfants, race fausse et perverse.
Psaume 95.10 j’eus cette race en dégoût, Et je dis : C’est un peuple dont le cœur est égaré ; Ils ne connaissent pas mes voies.

Esaïe 1:4 Malheur à la nation pécheresse, au peuple chargé d’iniquités, A la race des méchants, aux enfants corrompus ! Ils ont abandonné l’Eternel, ils ont méprisé le Saint d’Israël. Ils se sont retirés en arrière….

Esaïe 57:3 Mais vous, approchez ici, fils de l’enchanteresse, race de l’adultère et de la prostituée ! 4 De qui vous moquez vous ? Contre qui ouvrez vous une large bouche et tirez vous la langue ? N’êtes vous pas des enfants de péché, une race de mensonge, 5 S’échauffant près des térébinthes, sous tout arbre vert, égorgeant les enfants dans les vallées, Sous des fentes de rochers ?

Jérémie 14:12 S’ils jeûnent, je n’écouterai pas leurs supplications ; S’ils offrent des holocaustes et des offrandes, je ne les agréerai pas ; Car je veux les détruire par l’épée, par la famine et par la peste.

Jérémie 19:7 J’anéantirai dans ce lieu le conseil de Juda et de Jérusalem ; Je les ferai tomber par l’épée devant leurs ennemis Et par la main de ceux qui en veulent à leur vie ; Je donnerai leurs cadavres en pâture aux oiseaux du ciel et aux bêtes de la terre.

Jérémie 29:18 Je les poursuivrai par l’épée, par la famine et par la peste, je les rendrai un objet d’effroi pour tous les royaumes de la terre, un sujet de malédiction, de désolation, de moquerie et d’opprobre, parmi toutes les nations où je les chasserai…

Deuteronome 7:7 … vous êtes le moindre de tous les peuples.

Jérémie 7:16 Et toi, n’intercède pas en faveur de ce peuple, N’élève pour eux ni supplications ni prières, Ne fais pas des instances auprès de moi

Jérémie 12:17 Je détruirai une telle nation, Je la détruirai, je la ferai périr, dit l’Eternel.

Deuteronome 28 :37 Et tu seras un sujet d’étonnement, de sarcasme et de raillerie, parmi tous les peuples chez qui l’Eternel te mènera.

Rois 9:7 j’exterminerai Israël du pays que je lui ai donné, je rejetterai loin de moi la maison que j’ai consacrée à mon nom, et Israël sera un sujet de sarcasme et de raillerie parmi tous les peuples.

En fait, je ne souscris aucunement à ces démonstrations, elles ne peuvent plaire qu’à ceux qui auraient plaisir à les entendre et, pour eux, la conviction sera établie sans qu’ils se donnent la peine de considérer davantage les Ecritures. Vous de même devez avoir un certain succès auprès de ceux qui trouvent plaisir à une telle démonstration, et ne cherchent pas à la vérifier. Votre notoriété sera peut-être établie, mais aurez-vous vraiment œuvré pour vos frères juifs sous le regard du Dieu d’Israël ?

Marc Tennevin
marct2190@gmail.com

by Marc Tennevin on 27 août 2013 at 16 h 30 min. #

Ecrire un commentaire

Required.

Required. Not published.

If you have one.